Prévention des épidémies : Le choléra aux portes du Burkina PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 27 Juillet 2011 18:34

Le Conseil national de l’hygiène publique (CNHP) s’est réuni le mardi 26 juillet 2011 dans la salle de conférences Cardinal Paul-Zoungrana de l’OCADES pour échanger sur le rôle des collectivités territoriales dans la prévention et la lutte contre le choléra  qui fait des victimes dans des pays voisins du Burkina Faso. Le Conseil national de l’hygiène publique (CNHP) est un cadre de concertation, d’orientation, de suivi et d’évaluation en  vue de l’intégration des principes fondamentaux de l’hygiène publique dans le processus de  développement social et culturel du pays.


Il a pour missions essentielles, entre autres, de favoriser la concertation entre les différents acteurs et partenaires dans le domaine de la santé, de l’hygiène, de l’environnement et d’améliorer le cadre de vie, d’émettre des avis motivés sur toute question se rapportant à l’hygiène publique et de promouvoir la participation des communautés, associations et partenaires à la mise en œuvre des plans et programmes de la politique nationale d’hygiène publique.

La réunion du mardi  26 juillet 2011, qui entre dans le cadre de la deuxième session de la conférence du CNHP, est consacrée à la prévention et à la lutte contre le choléra au Burkina Faso. Si  des pays comme la Côte d’Ivoire sont touchés par le choléra, ce n’est pas encore le cas chez nous, mais prudence est mère de sûreté et c’est dès maintenant qu’il faut sensibiliser la population si l’on souhaite prévenir une situation catastrophique.

Pour le ministre délégué à l’Agriculture, le Dr Abdoulaye Combary, vice-président du CNHP, divers éléments de l’environnement créés par l’homme tels que l’habitat, les lieux de travail, les moyens de communication et l’aménagement urbain jouent un rôle important dans sa santé. “C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, les comportements humains doivent être modelés en vue de créer un environnement social favorisant l’acquisition de bonnes connaissances, d’attitudes et de comportements adéquats et propices au bien-être”.

En clair, chacun doit être propre et rendre propre son environnement pour se protéger contre les maladies diarrhéiques, par exemple, qu’on pourrait éviter si les individus utilisent  systématiquement les latrines et se lavent les mains au savon avant les repas, après le passage aux toilettes ou toute autre activité manuelle salissante.

Ce sont, du reste, ces gestes simples, comme l’a indiqué le secrétaire permanent du CNHP, Siaka Banon, qui peuvent nous permettre d’éviter le choléra. La prévention doit donc, à son avis, se faire à tous les niveaux et surtout au niveau des collectivités territoriales, où les communautés et les leaders d’opinion ont un rôle important à jouer.
Le ministre Combary a donc invité chacun à jouer sa partition pour anticiper sur la menace de choléra, surtout en cette saison pluvieuse, propice à l’apparition de cette maladie, très contagieuse

Adama Ouédraogo Damiss

 

L'observateur

 
offres d'empoiTout savoir sur les bourses d'études, la formation et l'emploi dans le secteur de la santé et du social au Burkina Faso. Pour vous abonner à  la Newsletter Offres d'emploi, veuillez vous inscrire ici en sélectionnant emplois fasosante.net

Votre opinion...

Utilisez-vous des méthodes naturelles pour vous soigner ?
 
Pharmacie de garde
Pharmacies de garde

Kiosque

Votre santé

TV Mag

Magazine santé Mag

Archives