Promotion de la santé en milieu rural : Le bon exemple de trois femmes à Mouni dans le Kourwéogo PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 10 Juin 2010 07:47
Mme Catherine Dianda , Bernadette Silga et Raïssa MonéTrois femmes , un CSPS serait on tenté de dire .Dans le centre de santé et de promotion social de Mouni, localité située à une trentaine de kilomètres de Boussé, travaillent trois braves femmes. Dans ces confins de la commune de Niou, elles bousculent les stéréotypes et autres préjugés du village pour offrir la santé aux populations de cette localité.

En cette matinée d’un jour du mois de mai , le centre de santé respire son ambiance habituelle. Quelques patients, notamment des femmes sont assises en attendant leur tour pour avoir des soins .Là bas, depuis maintenant une année, travaillent uniquement des dames. Une complicité bien établie existe entre ces femmes de cette contrée de la commune de Niou où elles servent la nation. Elles font de leur mieux pour apporter le développement pour ces burkinabè malgré leur statut pas toujours bien compris dans les villages.

Mme Catherine Dianda , Bernadette Silga et Raïssa Moné, puisque ce sont elles qu’il s’agit, font honneur aux femmes et à l’administration, malgré un environnement difficile. "Nous avons été difficilement acceptées par la population surtout masculine de notre district sanitaire au début. Mais petit à petit nous sommes entrain de remporter la bataille face aux préjugées » a affirmé, l’Infirmière, Chef de Poste Mme Catherine Dianda .

Ces trois dames qui ont la destiné de ce CSPS, ont sous leur responsabilité ,la santé d’environ 6035 âmes reparties dans 5 villages .Le secret de la bonne marche du travail estiment-elles, reste l’intérêt du bien commun, du service et surtout du respect mutuel .Cette attitude a fait naitre la confiance auprès de la population et la fréquentation est toujours allée croissante .Selon des informations recueillies sur place, ces femmes se sont faites une réputation par leur approche qui rassure les patients .

Leur accueil rassure les malades et les malades quittent même d’autres aires sanitaire pour venir consulter . Même les hommes qui rechignaient au début nous renseigne t-on, jouent le jeu .Malgré un début difficile, les hommes n’hésitent plus à se faire examiner par elles. « Nous sommes trois femmes uniquement dans ce CSPS et cela inquiétait la population. Une délégation est allée même voir le Maire de Niou, sur la question, pour qu’on amène un homme.

Mais maintenant ils comprennent que nous faisons le même travail que les hommes .Depuis ils ont changé d’attitude à notre égard .C’est vrai aussi, que par moment nous avons peur mais la présence du gardien nous rassure beaucoup" a ajouté Mme Dianda. En tous les cas certains observateurs n’hésitent pas à apprécier positivement cette initiative du docteur Aristide Guiguemdé de responsabiliser des femmes.

Moussa Congo

Sidwaya
 
offres d'empoiTout savoir sur les bourses d'études, la formation et l'emploi dans le secteur de la santé et du social au Burkina Faso. Pour vous abonner à  la Newsletter Offres d'emploi, veuillez vous inscrire ici en sélectionnant emplois fasosante.net

Votre opinion...

Utilisez-vous des méthodes naturelles pour vous soigner ?
 
Pharmacie de garde
Pharmacies de garde

Kiosque

Votre santé

TV Mag

Magazine santé Mag

Archives