Epidémie de méningite : On ne peut pas vacciner mais on peut soigner PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 23 Avril 2010 21:06

Le ministre de la santéLe Neisseria meningitidis X. C’est cette nouvelle souche de méningocoque qui sévit majoritairement en ce moment au Burkina Faso faisant 718 décès à la date du 18 avril. Le hic dans cette épidémie de méningite, c’est qu’il n’y a aucun vaccin contre l’agent pathogène. Cependant, le protocole thérapeutique actuel est efficace. Le ministre de la Santé, Seydou Bouda, a fait le point de la situation au cours d’une conférence de presse hier en fin d’après-midi.

La salle de réunions du ministère de la Santé était archicomble hier jeudi dans l’après-midi. L’heure est grave dans ce département ministériel du fait de la méningite qui ravage les populations en ce moment. A la date du 18 avril, les statistiques présentent un tableau sombre : 5 118 cas suspects dont 718 décès dans l’ensemble des formations sanitaires du pays. Pour expliquer cette situation à l’opinion, le ministre Seydou Bouda a mobilisé ses techniciens et les partenaires au développement concernés par le sujet, notamment l’OMS et l’UNICEF. Du 1er au 18 avril 2010, apprend-on, onze districts sanitaires, situés dans sept régions administratives, ont franchi le seuil épidémique de 10 cas pour 100 000 habitants en une semaine.

Il s’agit des districts de Nanoro et de Sapouy dans le Centre-Ouest, de Pama à l’Est, de Titao, de Gourcy et de Saguénéga au Nord, de Batié au Sud-Ouest, de Pouytenga au Centre-Est, de Barsalogho au Centre-Nord, et de Toma et de Tougan dans la Boucle du Mouhoun. Cependant, a indiqué Seydou Bouda, au cours de la dernière semaine (du 12 au 18 avril), six districts (Séguénéga, Gourcy, Pouytenga, Toma, Tougan et Barsalogho) sont toujours en épidémie.

La méningite faisant des victimes au Burkina Faso n’est pas un fait nouveau. Par contre, ce qui l’est, c’est la bactérie responsable de la maladie, à savoir le Neisseria meningitidis X. Cette souche, qui a existé dans les années 60 en Europe, fait partie des différentes variétés encore appelées serogroupes de méningocoque et les serogroupes habituellement responsables d’épidémie sont le A, le B, le C et ces dernières années le W135 et le X.

Si dans le passé, on disposait de vaccin contre l’agent pathogène, cette fois, il n’y a aucun vaccin à ce jour dans le monde. Mais il n’y a pas lieu de s’affoler. Selon les spécialistes, les antibiotiques retenus dans le protocole thérapeutique national et actuellement utilisés dans les centres de santé sont efficaces contre cette forme de méningite.

“Le malade peut être traité et peut guérir sans séquelle s’il est vu et pris en charge tôt par un personnel qualifié”, rassure le ministre de la Santé. A l’entendre, tout le dispositif d’intervention est en état d’alerte pour limiter les dégâts en espérant que “des facteurs écologiques vont faire fléchir la courbe épidémiologique”. En attendant que le Ciel nous aide, la solution consiste à sensibiliser largement les populations afin que les cas suspects soient détectés à temps.

Adama Ouédraogo Damiss

L’Observateur Paalga

 
offres d'empoiTout savoir sur les bourses d'études, la formation et l'emploi dans le secteur de la santé et du social au Burkina Faso. Pour vous abonner à  la Newsletter Offres d'emploi, veuillez vous inscrire ici en sélectionnant emplois fasosante.net

Votre opinion...

Utilisez-vous des méthodes naturelles pour vous soigner ?
 
Pharmacie de garde
Pharmacies de garde

Kiosque

Votre santé

TV Mag

Magazine santé Mag

Archives