Renforcement des capacités des sages-femmes : Pour une meilleure santé maternelle et infantile PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 12 Mai 2009 19:04

Photo de famille des sages-femmesCe mercredi 6 mai 2009, le centre de conférences Sembène-Ousmane a servi de cadre à une cérémonie riche en couleurs. Il s’agissait du lancement du projet conjoint UNFPA/Confédération internationale des sages-femmes intitulé « Renforcement des capacités des sages-femmes ». Au Burkina chaque année, malgré les efforts consentis par les autorités sanitaires, plus de la moitié des femmes, en particulier celles qui vivent en zone rurale, continuent d’accoucher à domicile, ce qui les expose à une mauvaise gestion des complications de l’accouchement et du post-partum.

En effet, dans notre pays, toutes les 3 heures, une femme meurt suite à une complication liée à la grossesse et dans ce même intervalle, 7 nouveau-nés perdent la vie. C’est pourquoi il est plus que nécessaire de travailler à renforcer le système de santé par la dotation de centres de santé en personnel de qualité, ainsi qu’à la création d’un environnement favorable aux soins de qualité.

Le projet « Renforcement des capacités des sages-femmes » lancé ce mercredi 6 mai, en présence du Dr Adama Traoré, secrétaire général du ministère de la Santé, répond à ce besoin. Né de la collaboration entre le fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) et la Confédération internationale des sages-femmes (ICM), il a pour slogan « Le monde a besoin de sages-femmes maintenant plus que jamais pour sauver la vie des femmes et des bébés ».

Ce programme concerne une dizaine de pays d’Afrique francophone et anglophone, dont le Burkina, et répond à l’appel lancé lors de l’assemblée mondiale de la santé, en 2006, en faveur d’une décennie d’action pour les ressources humaines. Le Projet sages-femmes, a précisé madame Habibou Ouédraogo, présidente de l’association des sages-femmes et maïeuticiens, a pour principaux objectifs :

d’améliorer la qualification du personnel qui assiste aux accouchements dans les pays à faibles ressources, en mettant en place les bases d’une profession de sages-femmes durable ; d’accroître l’effectif des sages-femmes et des autres personnes impliquées dans la pratique à tous les niveaux, y compris dans la prise de décision en vue d’accélérer l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement que sont l’amélioration de la santé maternelle, la réduction de la mortalité infantile et la promotion de la femme.

« Je saisis cette opportunité pour inviter tous les partenaires, notamment les associations professionnelles dans le domaine de la santé à accompagner cette initiative, à travers des actions concrètes et vigoureuses de renforcement des capacités en matière d’obstétrique », a déclaré, au nom du représentant-résident, le Dr Olga Sankara, chargée de programme à l’UNFPA. Et pour marquer d’une pierre blanche le lancement de ce nouveau projet, la représentante de l’UNFPA a offert du matériel informatique à l’association des sages-femmes et maïeuticiens du Burkina.

H. Marie Ouédraogo

L’observateur paalga

 
offres d'empoiTout savoir sur les bourses d'études, la formation et l'emploi dans le secteur de la santé et du social au Burkina Faso. Pour vous abonner à  la Newsletter Offres d'emploi, veuillez vous inscrire ici en sélectionnant emplois fasosante.net

Votre opinion...

Utilisez-vous des méthodes naturelles pour vous soigner ?
 
Pharmacie de garde
Pharmacies de garde

Kiosque

Votre santé

TV Mag

Magazine santé Mag

Archives